Réflexes archaïques : qu'est-ce que c'est ?

Réflexes archaïques : qu'est-ce que c'est ?

Les réflexes archaïques se définissent en mouvements que l'on réalise automatiquement. Appelés réflexes pour le côté involontaire et archaïque pour le côté primitif.

Les premiers réflexes apparaissent dès la vie fœtale avec ce petit être qui grandit et qui bouge. Le développement de bébé et ses réflexes commencent dans le ventre de maman avec par exemple le changement de position.

Des réflexes archaïques qui se reconnaissent par des mouvements spécifiques et qui se développent dès la naissance, en intégration nécessaire à la vie pratique de l'enfant.

À quoi correspondent les réflexes archaïques ?

On parle de réflexe archaïque de bébé en termes de réflexes de base ou de réflexes primitifs. C'est tout simplement qu'à son arrivée, un bébé esquisse des mouvements naturels qui peuvent être qualifiés pour certains de gestes de survie.

C'est le cas du réflexe de succion lorsque l'enfant tête sans qu'il n'y ait eu d'apprentissage au préalable. Le réflexe palmaire, lui, se reconnaît par la petite main du chérubin qui agrippe naturellement la nôtre, comme un instinct de protection.

Ce type de réflexes chez le bébé est inné et indispensable à tout développement d'un enfant. Les réflexes archaïques sont pleinement intégrés dans le système nerveux et essentiels à la bonne motricité d'un nouveau-né.

L'intégration naturelle des réflexes archaïques démontre que l'enfant réagit et c'est pour cela que dès sa naissance, un bébé subit un examen rapide pour vérifier le contrôle de ses mouvements.

Au-delà de vérifier le rythme cardiaque du nourrisson, le médecin teste aussi sa réactivité et son tonus musculaire. Par la suite, l'examen de ces réflexes archaïques est important pour suivre le développement sensoriel et les connexions cérébrales du nouveau-né, même quand il grandit et atteint quelques mois.

Quels sont les 7 réflexes archaïques ?

  • Un des plus connus est le réflexe de Moro qui consiste à réagir à un phénomène soudain tel qu'un bruit ou si bébé est brusqué. Le mouvement de défense du nourrisson est d'écarter les bras et les jambes en croix et de les ramener instinctivement près de son corps. C'est ici une appréciation du sens de l'équilibre.
  • Le réflexe des points cardinaux aide le nouveau-né à bien s'installer. Souvent, on peut tester ce réflexe en lui caressant la joue et sa tête tourne automatiquement vers l'endroit voulu.
  • Un nouveau-né connaît le mouvement pour se nourrir et déglutir. C'est le réflexe de succion avec la tétée instantanée dès son arrivée dans ce monde.
  • Le réflexe du bon tonus musculaire s'observe en maintenant bébé les pieds ancrés au sol et en le soulevant. Une simple vérification réalisée au commencement et qui vise le maintien de la tête.
  • Le réflexe de marche est sidérant : le nourrisson peut déjà esquisser des mouvements en avançant ses jambes s'il est maintenu aux aisselles en position debout.
  • Un des réflexes qui fait craquer tout le monde est le réflexe pour agripper. Rien n'est plus naturel pour un bébé de serrer ses petits doigts autour d'un objet ou d'une main tendue. Cela s'apparente aux prémices d'un apprentissage pour attraper plus tard tout ce qui bouge.
  • Un enfant ne coule pas dans l'eau et c'est ce que l'on appelle le réflexe de nage. Il sait bloquer sa respiration et esquisser des mouvements naturels. Bien sûr, il n'est pas conseillé de tester ses réflexes, mais plutôt d'envisager des cours de bébé nageur.

Comment se développent les réflexes archaïques ?

Les réflexes archaïques subissent un développement vers des réflexes volontaires. Un bébé a, généralement, une courbe de croissance rapide et tous ces gestes archaïques tendent à disparaître pour devenir des mouvements d'apprentissages acquis pour la vie.

De ces réflexes archaïques, l'enfant intègre des mouvements durables avec la pratique de la marche, l'accomplissement de se nourrir seul ou d'attraper des objets.

Si l'intégration de certains réflexes comme le maintien de la tête se fait avec difficultés, les causes peuvent être le post-accouchement ou la venue au monde. Cela peut venir aussi d'un manque de stimulation ou d'une pathologie.

Dans un schéma d'intégration difficile et si l'on constate des troubles avérés, il faut consulter pour détecter d'où peuvent venir ces difficultés d'apprentissages.

C'est pour cela que la surveillance des réflexes archaïques est nécessaire à la naissance avec des visites chez le pédiatre. Par la suite, il appartient aux parents de guider l'apprentissage de leur enfant et de lui apporter une formation à la vie pratique de tous les jours.

À savoir que ces réflexes archaïques, même s'ils évoluent en réflexes volontaires, restent des réflexes primordiaux dans la courbe d'enfant vers l'adulte. Ces mouvements qui semblent acquis pour la vie, peuvent à un moment donné faire une pause et l'apprentissage de l'intégration de ces réflexes est à retravailler. Les causes peuvent être d'ordre moral ou physique.

Le corps est relié au cerveau qui produit des émotions : l'intégration des réflexes de vie est la base du fonctionnement humain.

Dans la même catégorie